• emmaconfrere3

Prix plafonnés, augmentation des salaires… ces mesures qui ont pesé dans la victoire de Viktor Orbán

Depuis début 2022, le gouvernement mise sur une politique économique généreuse. Les cadeaux se sont multipliés pour toucher l’ensemble de la population.



Le Premier ministre hongrois vient de remporter une quatrième victoire électorale. Pour y parvenir, le gouvernement a mis en place plusieurs mesures populistes depuis le début de l’année. « Certains Hongrois ont compris que ces mesures étaient uniquement destinées à la réélection de Viktor Orbán, indique le sociologue et économiste József Hegedüs, mais ce sont celles qui s’informent via des médias indépendants ou de l’opposition, représentant ainsi une faible part de la population. » Il complète que même si le gouvernement destine ces aides aux personnes défavorisées, « ce sont en réalité les plus aisés qui en profitent ». Voici les trois initiatives principales prises par Viktor Orbán :


1. Des prix plafonnés sur certains produits

Les prix de l’huile de tournesol, la farine, le sucre cristallisé, le lait demi-écrémé, les cuisses de porc et les blancs de poulet sont plafonnés. Bloqués, ils correspondent à ceux du 15 octobre 2021, afin de contenir l’inflation qui atteint aujourd’hui environ 8 %. Viktor Orbán avait annoncé la mise en place de cette mesure le 12 janvier, jusqu’au 1er mai 2022, englobant ainsi la période des élections législatives. Le prix du carburant a, lui aussi, été gelé à 1,34 euro le litre de SP95, jusqu’au milieu du mois de mai. « Bloquer les prix est beaucoup plus simple que de gouverner en combattant vraiment l’inflation », critique le site d’opposition Azonnali.


2. Certains métiers revalorisés

Le pouvoir a aussi augmenté les salaires du secteur public : 21 % pour les infirmières, puéricultrices et assistantes sociales ; 20 % pour les employés du secteur culturel et 10 % pour les policiers, militaires et enseignants. Pour justifier ces hausses, le Premier ministre hongrois a souligné la mobilisation des forces de l’ordre lors de la pandémie de coronavirus et le blocage de plus de 100 000 migrants illégaux en 2021 à la frontière entre la Serbie et la Hongrie.


3. De nombreuses mesures économiques

Viktor Orbán a choisi de mettre en place une politique économique avantageuse, s’adressant à une majorité de citoyens. Il a notamment rétabli le treizième mois et augmenté les pensions de retraite de 5 %. Si les seniors ont été visés par le gouvernement, le Fidesz a également cherché à séduire les moins de 25 ans. Le parti a ainsi exonéré d’impôts tous les jeunes à partir du 1er janvier. Au total, cette initiative représente un coût d’environ 400 millions d’euros. Afin de toucher toutes les classes sociales, les familles ont aussi bénéficié d’un remboursement de leurs impôts sur le revenu de 2021. À la mi-février, environ 1,5 million de contribuables ont reçu jusqu’à 2 200 euros. Cela a coûté près d’1,6 milliard d’euros au trésor public.

Emma Confrère


Pour en savoir plus sur les élections en Hongrie



27 vues0 commentaire